Historique

 

 

 

 

 

La première carte de visite

Numerisation0001 1
 

     Je fais partie d'un des derniers à être arrivés dans ce club et j'ai voulu en savoir un peu plus sur les origines d'Aéro-focus. Vous connaissez le dicton...? "Il faut savoir d'où on vient pour savoir où on va".

     Nous sommes en hiver et lorsque j'arrive sur la plateforme du Thou la cheminée du club house est déjà allumée. Ce n'est pas un temps pour voler, mais ils sont là quand même. Les uns tapent la belote, les autres papotent du monde de l'ULM. Je lance un "Salut tout l'monde..." Les poignées de mains sont généreuses et sincères, le décor est planté.

  Un barman improvisé se tient derrière le comptoir et aligne des verres en demandant qui veut boire un coup. Ici plus qu'ailleurs, prendre le verre de l'amitié n'est pas une parole en l'air. Je m'assois sur un grand tabouret de bar et je leur demande de me raconter les débuts d'Aéro-focus.

     -Et bien tu vois Patrice en 1983 quand on a créé ce club ulm, c'était pas comme maintenant. Pas de hangar, pas de club house et les appareils n'étaient pas légion. Deux ou trois pendulaires, c'est tout.

  On a commencé par louer un bout de champ, et puis on se retrouvait tous les soirs après le boulot pour faire un petit vol.

 

Historique4 1
Historique3 1

    -Et puis petit à petit les effectifs ont augmenté. On a amené une cabane de chantier sur laquelle on avait  fixé un mat avec une manche à air.  C'était notre Club House. Les week-ends on venait en famille, on se faisait des p'tites bouffes et quand tout ce petit monde était à table, dans notre "cabane" on ne pouvait plus bouger. On rigolait bien...!

Comment vous faisiez, avec les machines si il n'y avait pas de hangar...? 

   -Justement, le premier hangar qu'on a pu récupérer, venait d'un camp militaire Américains. Le démontage devait se faire en deux jours. La première journée pour enlever toutes les tôles, et retour le lendemain pour l'ossature. Malheureusement c'était les tôles qui le tenaient debout et quand on est revenu, il s'était écroulé...! On a ramené ce qu'on a pu et on a fait une sorte d'appentis pour mettre les ailes dessous.  Les chariots, eux on les mettait sur la remorque pour les ramener.

 

 
 

Et ce beau Club House, alors quand est-ce qu'il est sorti de terre...?

   -Pas si vite,.... C'est qu'avant il a fallu acheter le terrain. D'ailleurs on est un des rares Club ULM à être propriétaire de sa plateforme. C'est qu'il a fallu emprunter. La première construction ça a été un vrai hangar, avec une charpente métalique cette fois-ci. Pouvoir mettre nos appareils à l'abri sur place, c'était le grand luxe... Nous en étions environ à une dizaine appareils. 

 

 
 

-Tout ça avec dépot de permis de construire évidemment, et puis est venu se greffer là-dessus un deuxième hangar. Toujours de la récup évidemment. On l'a découpé pour le transporter car nous n'avions pas de camion assez grand, et une fois sur place on l'a ressoudé puis remonté. Rien nous arrêtait....

Et quand il y a eu la tempête du ciècle en 1999, tout est resté debout...?

   -Et oui, rien n'a bougé. C'est un peu grâce au bois qui nous protège des vents d'Ouest. D'ailleurs c'est après cette tempête, en 2000 que nous avons commencé à creuser les fondations de ce club house. Il est chouette hein..?

Sur ce plan là, je pense qu'on fait des envieux...!

  - Chacun y a amené ses compétences, et on a eu la chance d'avoir un peu tous les corps de métier au sein de cette petite communauté.

Alors voilà le résultat...

*******************************************

Et puis il ne faut pas oublier ceux qui ne sont plus là mais qui ont apporté leur pierre à l'édifice.

 

Date de dernière mise à jour : 12/08/2019